Guide à destination des entreprises sur les aidants familiaux et proches aidants

Aujourd’hui, il y a en France plus de 8 millions d’aidants familiaux et encore davantage de proches aidants. La moitié d’entre eux ont une activité professionnelle avec laquelle ils doivent composer. Quelle sera la situation demain compte-tenu du vieillissement de la population ou de l’allongement des carrières ? C’est pourquoi l’Orse et l’UNAF ont souhaité mettre à jour le guide publié en 2014 sur les salariés en situation d’aidant.

Conçu à l’attention des dirigeants, DRH, délégués syndicaux ou toute autre personne qui souhaite faire évoluer la situation des salariés aidants au sein des entreprises, cet ouvrage se veut un outil méthodologique, de prise de conscience du sujet, qui propose des solutions et moyens à mettre en œuvre, y compris dans le cadre des négociations sociales d’entreprise et de branche. 

Déjà en 2014, l’Orse et l’UNAF avaient publié le premier guide. Ce document rendait compte des pratiques de quelques entreprises innovantes. Depuis, il y a eu des évolutions.

  • Près de 70 accords d’entreprises et de branches mentionnant les salariés aidants ont pu être recensés selon la base de données que l’Orse tient à jour sur son site internet. Parmi eux, 25 ont été signés après l’adoption de la loi Mathys. 44 mentionnent des dispositifs de don de congés entre collaborateurs mais seulement 20 d’entre eux ont été signés après l’adoption de la loi Mathys.
  • Le 28 décembre 2015, l’Assemblée nationale adoptait la loi relative à l’Adaptation de la Société au Vieillissement instituant la notion de proche aidant élargissant ainsi celle d’aidant familial à des individus ayant des liens étroits, stables, réguliers, fréquents et à titre non professionnel avec la personne aidée. Dans le même temps, le congé de proche aidant s’est substitué au congé de soutien familial depuis le 1er janvier 2017.
  • Enfin, la loi du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et la sécurisation des parcours professionnels a, quant à elle, permis plus de flexibilité quant à la prise de ce congé, élargissant le champ des personnes éligibles ainsi que celles des personnes aidées, simplifiant la procédure de demande.

Ces changements sont autant de pistes qui peuvent inspirer les entreprises à prendre en compte les salariés aidants et à favoriser leur maintien dans l’emploi par des dispositifs légaux ou innovants de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

Téléchargez depuis cette page le guide, avec une nouvelle couverture pour un nouveau titre « Aidants familiaux et proches aidants », ainsi que l’addendum de mise à jour.